compteur

Avertir le modérateur

mardi, 30 août 2016

10km de l'Horloge: Soyez à l'heure pour votre inscription

logo.png

 

Après le beau succès de l’édition 2015, les nouveautés seront à l’honneur le 11 septembre 2016 à Tassin

  • On démarre avec le 10km qui bénéfice désormais du label FFA. Gage de qualité dans l’organisation de la course, le label assure la qualification pour les championnats de France sur cette distance. Alors, prêts à faire tomber votre record?! Attention nouvel horaire à 9h45 avenue des Tuileries.

    IMG_3345.JPG

 

  • Un 5KM 100% féminin ! Au départ de l’École Leclerc, nous vous proposons une boucle roulante, festive et chronométrée. Ce 5km « entre elles » est idéal si vous préparer un 10km ou si vous n’osez pas encore vous lancer sur cette distance. L’occasion aussi de partager un moment convivial et sportif entre filles.

    IMG_3306.JPG

  • Pour les inscriptions c'est ICI

Le site officiel

11:25 Écrit par La Com | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

DEUXIÈME ÉDITION DE THETOWERRUN LYON OXYGÈNE

the-tower-run-lyon-oxygene-5462.png

REPARTEZ A L’ASSAUT DES 622 MARCHES DE LA TOUR OXYGÈNE Pour la deuxième année consécutive,

TheTowerRun proposera à tous de monter le plus rapidement possible les 622 marches (110 m de dénivelés) de la Tour Oxygène, le dimanche 30 octobre prochain. 1000 à 1500 participants sont attendus pour (re)découvrir des sensations de course pas vraiment comme les autres !! Communiqué de presse, le 12 juillet 2016

Arrêtons de courir à plat !

Le 30 octobre 2016, TheTowerRun est de retour à Lyon, pour la deuxième édition de la course d’escaliers TheTowerRun Lyon Oxygène, étape majeure de la plus grande aventure verticale jamais organisée en France. Pour les meilleurs de l’étape lyonnaise, c'est l'occasion de décrocher une qualification directe pour la Verticale de la Tour Eiffel® 2017!

Grimpons pour une cause solidaire !

Les courses TheTowerRun s’inscrivent dans une démarche solidaire, et l’étape lyonnaise se fera au profit de l’association Handicap International. Les frais d’inscription de 15€ sont accompagnés d’un don libre de minimum 2€ versé à l’association. Handicap International intervient dans près de 60 pays aux côtés des personnes handicapées et vulnérables. Partout où « vivre debout » ne va pas de soi, l’association répond aux besoins essentiels et spécifiques des personnes handicapées, améliore leurs conditions de vie et s'engage à promouvoir le respect de leur dignité et de leurs droits fondamentaux. Inscriptions sur le site internet de la course : http://www.thetowerrun.org/fr/les-tours/lyon-tour-oxygene-5

Grimpons pour Halloween !

La course verticale est un nouveau concept de courses: originale, vecteur d’énergie positive et accessible à tous, elle répond à cette nouvelle demande de parcours combinant sensations fortes et convivialité. De nombreuses surprises attendront d’ailleurs les participants dans les escaliers de la tour et dans le village aux couleurs d’Halloween : foodtruck, dj sets, cours de zumba géants, massages, cosplay, atelier maquillage, déguisement, village et tour hantés, etc. Venez déguisés, une récompense sera remise pour le meilleur costume !

Inscriptions sur le site internet de la course 

 

10:53 Écrit par La Com dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 18 août 2016

Robert-Michon : «Tellement d’émotions»

La Lyonnaise savoure d’autant plus sa médaille d’argent au disque que le chemin parcouru pour y parvenir a été difficile.

ca-a-ete-long-pour-avoir-une-premiere-medaille-mais-je-l-ai-eue-quand-meme-jubilait-melina-robert-michon-photo-afp-1471390627.jpg

Avez-vous le sentiment d’avoir réalisé le concours parfait avec quatre jets à plus de 64,80 et le record de France (66,73m) ?

« C’est le concours que je voulais faire. Quand j’ai vu les start-lists et que j’étais la première à lancer, j’y ai vu un signe. Il fallait que je prenne mon destin en main pour mener une guerre psychologique. Avec 65,52m au premier jet, je savais que c’était bien parti mais je suis restée concentrée. Je ne voulais surtout pas terminer au pied du podium. »

Avez-vous pensé à l’or ?

« A la fin, je lance pour gagner. Mais c’était trop. Je suis incapable de me souvenir ce que j’ai fait. Je pourrais dire que j’avais de la marge. Mais je ne vais pas chipoter… »

Vous refaites le même coup qu’en 2013 quand vous terminez 2e (derrière Perkovic déjà) en battant le record de France…

« Mais les circonstances sont différentes. En 2013, j’étais la seule à y croire. Cette fois, tout le monde m’attendait. J’avais dit que je voulais une médaille. La saison 2015 a été très dure (10e aux Mondiaux et blessure au dos) mais elle m’a permis de me remettre question. J’avais été rongée par le stress. Je ne voulais pas revivre cette situation. J’ai souvent besoin d’être au pied du mur pour réussir. »

Qu’avez-vous ressenti quand la médaille a été acquise ?

« Ce sont tellement d’émotions. Ç’a été tellement dur pour y arriver que tout remonte. Je pense à mon compagnon Loïc, ma fille Elyssa, mes coaches. Loïc, cela fait 16 ans qu’il est à mes côtés. Il gère tout quand je ne suis pas là. Avec Serge (Debié), on a créé une relation qui va bien au-delà du sport.

2012_1207Image0032.JPG

Avec Jérôme (Simian), on forme un trio. Je suis tellement heureuse de pouvoir partager ça avec eux ici. J’aimerais aussi partager avec les gens du Parc de Parilly, mon groupe au club de Lyon Athlé. Sans eux, ce serait plus dur d’aller à l’entraînement. »

Quel regard portez-vous sur votre carrière ?

« Il n’y a pas de carrière idéale. Ça a été long pour avoir une première médaille. Mais je l’ai eue quand même. Et tout s’est enchaîné. Peu importe le chemin pourvu qu’on y arrive. C’est un peu ce qui résume ma carrière. »

Est-ce que ce sont vos derniers JO ?

« Oui, mais je préfère ne pas m’avancer. J’avais déjà dit que c’était les derniers à Londres. En tout cas, ce n’est pas ma dernière saison. »

Comment allez-vous vous remotiver ?

« Je fonctionne au plaisir. Je pense que faire une saison en tant que vice-championne olympique, ce sera sympa. Et il y a peut-être encore des choses à aller chercher. »

A Rio, recueilli par B.S.

 

MERCI MELINA !

une_17082016_v65.jpg

13:45 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mardi, 16 août 2016

Mélina Robert-Michon en finale du disque olympique

Mélina Robert-Michon s'est qualifiée lundi pour sa troisième finale olympique du disque d'affilée. En réussissant 62,59m dès son premier jet, la Française disputera la finale du disque mardi à 16h20.

Athlétisme - JO 2016 - Rio - Melina Robert-Michon s'est qualifiée au premier jet. (Pawel Kopczynski/Reuters)

Dans l'autre groupe de qualification, Pauline Pousse n'a pu faire mieux que 58,98m, après deux tentatives ratées.

04:49 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Djamel Boudebibah, l’homme aux deux casquettes, est à Rio

Adjoint aux Sports de Bron, Djamel Boudebibah est actuellement aux JO en tant que manager des relais français d’athlétisme et de Floria Gueï, qui court dès ce samedi.

IMG_2602.JPG

Il fait partie des incontournables du microcosme brondillant. Élu depuis 1995, cinq ans après avoir rejoint le club de l’Asul athlétisme, Djamel Boudebibah partage sa vie entre son portefeuille d’adjoint aux Sports, depuis 2008, et l’athlétisme. Un mélange des genres qui pourrait interroger. Celui qui se définit comme un « pur brondillant » le sait et balaye toutes les potentielles remarques. « Je ne mélange pas », rappelle-t-il.

« Si j’ai tout bien fait, ça devrait aller »

Il faut dire que sa destinée sportive s’écrit bien au-delà des enjeux du stade Pierre-Dubœuf. Manager des relais de l’équipe de France d’athlétisme, le Brondillant est aussi entraîneur de Floria Gueï, l’une des plus talentueuses athlètes tricolores. Une athlète qu’il suivra, ce samedi, depuis les tribunes du stade olympique. « Elle a un nouveau statut à gérer. Pour le moment elle n’a pas de pression, expliquait-il avant son départ au Brésil, début août. L’objectif, c’est la finale olympique ». Une ambition élevée pour celui qui était sprinteur sous les couleurs algériennes lors des JO de Los Angeles, en 1984 (lire par ailleurs). Une ambition qu’il décline aussi avec « ses » relais. « Le 4x100 m masculin est bien. Pour le 4x400 m féminin, on peut viser un classement entre la 3e et la 6e place. Le masculin peut réaliser une belle performance et le 4x100 m féminin est celui qui peut amener une belle surprise », déclare-t-il, conscient que l’histoire lui échappe un peu désormais. « Je ne suis pas dans l’excitation. Je n’ai pas de doute, mais des interrogations. Maintenant, c’est leur histoire (aux athlètes, Ndlr). Si j’ai tout bien fait, ça devrait aller », avançait-il. Une mission pas forcément évidente pour des sprinteurs arrivés tôt au Brésil, parmi lesquels certains ne courront qu’à la toute fin des Jeux. « Le plus dur, ça va être de les tenir malgré les sollicitations, le village olympique. Il faut qu’ils soient acteurs sans se disperser ».

Réponse le 21 août au soir… Il sera ensuite temps de refaire ses valises. Il lui faudra à nouveau jongler entre le survêtement tricolore et le costume brondillant.

Cyrille Seux

Djamel Boudebibah,

en 2013 au sujet des JO de Los Angeles auxquels il participa avec l’Algérie

«Je n’en garde pas un bon souvenir. On était dans une période de guerre froide et l’esprit initial des JO était gâché par ce contexte politique.»

leprog.jpg

Floria Gueï : « Forcément déçue »

Quatrième de sa demi-finale du 400m en 51’’08, Floria Gueï est passée soir à côté de la qualification pour la finale olympique .

floria-guei.jpg

Au couloir 8, à l’extérieur de la piste, la Lyonnaise a rapidement été rattrapée par la Jamaïquaine Jackson (1re en 49’’99) et l’Américaine Hastings (2e en 49’’90) avant d’être devancée sur le fil par la Bahreïnienne Salwa Eid Naser (50’’88).

« Je suis forcément déçue, a commenté la vice-championne d’Europe. 51’’08, ce n’est pas ce que j’attendais. Je voulais au moins repartir avec mon record (50’’84). Ça passe à 50’’75… A chaud, je ne peux pas dire ce qui a cloché. Je pense avoir pris assez de risques au départ. Mais cela faisait un moment que je n’étais plus partie en aveugle. Ce n’est pas une excuse. Ça donne envie de continuer de bosser. J’aimerais que ça passe un jour en finale… Il faut que je progresse. En attendant, je dois me remobiliser pour le 4x400m. » 

B.S., notre envoyé spécial à Rio

02:32 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 13 août 2016

Kevin Campion : « J’ai besoin de déconnecter »

220371.jpgKevin Campion, le marcheur de Feyzin s’est classé 49e du 20km marche ce vendredi lors de la première journée des épreuves d’athlétisme. Une déception. Mais il se tourne déjà vers les prochains grands championnats.

Comment analysez-vous votre course ?

« C’est une très bonne expérience. On est aux JO ! Je n’ai pas répondu présent aujourd’hui. Mais je ne vais pas me morfondre. Je suis parti sur les allures que j’avais prévu de tenir. Je me sentais bien. Et d’un coup, ça a dégringolé. Ce n’était pas le bon jour. »

« Ce n’était pas le bon jour »

On vous a vu en deuxième position. Pourquoi ?

« Je cherchais à suivre mon plan de course. Le problème, c’est que le circuit est très étroit. À 80 sur une route de deux mètres de large, ça ne le fait pas. Je voulais surtout ne pas me faire marcher dessus. Peut-être que j’aurais dû être plus prudent, vu la météo. En partant du village, il pleuvait et il faisait froid, et quand je suis arrivé ici, il faisait grand beau. Mais il n’y a pas d’excuse. »

« Il n’y a pas d’excuse »

Est-ce que ça marque la fin d’un cycle ?

« Non, je vais continuer sur ma lancée. J’ai fait le pari de changer d’entraîneur en septembre (ndlr : Gilles Garcia). C’était une année un peu test. On apprend à se connaître. Le travail a été fait et bien fait. On ne va pas s’arrêter là. Il y a des Mondiaux l’année prochaine, des JO dans quatre ans… Avant, je vais souffler un peu en profitant des JO. J’irai voir l’athlé et d’autres sports. J’ai besoin de déconnecter. »

À Rio, recueilli par B.S.

leprog.jpg

Le classement général

11:09 Écrit par La Com dans Athlétisme, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 06 août 2016

Rio 2016: Quelques liens utiles !

jo-rio-2016.jpg

Quelques liens utiles

Le programme par discipline

Pour tout suivre de l'Athlétisme

ESPRITBLEU

(Le site des équipes de France)

francetvsport

WP_20160806_04_49_39_Pro.jpg

(photo prise par mon téléphone cette nuit)

11:24 Écrit par La Com dans Actualité, J.O. | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 04 août 2016

Rio 20116 : Jennifer Galais joue collectif

jo-rio-2016.jpgCette fois, c’est la bonne. Il y a quatre ans, Jennifer Galais avait manqué de très peu les Jeux Olympiques de Londres alors qu’elle émergeait tout juste au plus haut niveau. Cette année, pas question de louper le voyage à Rio. "C’était l’objectif de ma saison. Ne pas y aller aurait été une énorme déception", reconnait celle qui a décroché sa place dans le relais 4X100 m, "j’ai raté de peu la qualif’ en individuel. Sur 100 m comme sur 200 m, cela s’est joué à très peu de chose. Tant pis… Cette aventure du relais est tout de même une très belle opportunité".

La Lyonnaise de 24 ans, qui s’est essayée, plus jeune, à la gymnastique et au twirling bâton, s’est imposée au fil des années comme une référence du sprint féminin tricolore. Une progression récompensée par un premier titre national en élite. En juillet à Angers, la Kréopolitaine est devenue championne de France du 200 m. Elle sourit : "Clairement, c’est ma plus belle saison depuis que j’évolue à ce niveau. Un bel hiver, un bel été. Je ne pouvais pas espérer mieux. Et j’espère bien que ce n’est pas fini".

IMG_0896.JPG

"Tout peut arriver…"

Une fois de plus Jennifer Galais a dû renoncer à l’idée de passer des vacances à la Réunion. Elle est née à Lyon mais a gardé des attaches affectives fortes avec l’île de ses racines. Une preuve ? Son margouillat "974" tatoué sur le ventre. Son papa est originaire de Bellemène, sa maman vient de la Ravine des Cabris. "Ils ont la chance de revenir plus souvent que moi à la Réunion. Concilier le sport de haut niveau et les études, c’est parfois compliqué. C’est difficile de me dégager de longues périodes de vacances", reconnaît celle qui entamera à la rentrée un Master en management. Ce sera après avoir vécu l’expérience la plus excitante de sa jeune carrière. "C’est exactement ça. Je suis très excitée ! Je m’attends à vivre quelque chose de grand. J’ai tellement hâte d’y être. C’est la première fois que je fais une saison aussi longue. J’avais un peu d’appréhension par rapport à ça. Finalement, ça va. Je me sens bien".

Sur le papier, le relais 4X100 m français part de loin dans la course à la médaille olympique. Dans l’histoire des Jeux, les Bleues n’ont décroché qu’une seule médaille, en bronze, à Athènes en 2004. "Mais nous sommes conscientes que l’on peut faire quelque chose de bien. Nous avons une belle équipe. L’objectif, c’est d’aller en finale. Et après, tout peut arriver dans un relais", assure Jennifer Galais, qui a participé aux championnats d’Europe à Amsterdam en juillet. Eliminée en demi-finale du 100 m, elle a ensuite pris part au relais qui s’est classé sixième de la finale. "La priorité était alors de décrocher notre billet pour les Jeux Olympiques. Il n’était pas question de prendre des risques, nous avons bien assuré tous les passages de témoin. À Rio, ce sera différent. Nous allons pouvoir nous lâcher". Premier tour de piste le 18 août.

Lukas Garcia

Source http://www.clicanoo.re

17:48 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 30 juillet 2016

Elea Diarra : « On se dit qu’on n’a pas travaillé pour rien. »

IMG_0456.JPG

Blessure, préparation, objectif, financement participatif… A 8 jours du début des Jeux Olympiques c’est très simplement qu’Elea Diarra, qui prendra part au 4×400 m s’est confiée.

Sportives.net : Comment vous sentez-vous à quelques jours du début des Jeux ?
Elea Diarra : Je ne sais pas trop. Pour le moment j’ai un peu de mal à rentrer dans les Jeux mais ça va sûrement venir avec le voyage. Là j’ai mes dernières compétitions individuelles (elle a participé au 400 m à Ninove en Belgique et a amélioré son record personnel, ndlr) donc j’essaie de me concentrer là-dessus et puis sur l’entraînement. On va aller doucement vers les JO début août.

Quand avez-vous su que étiez qualifiée pour les Jeux Olympiques ?
Je l’ai su quand la sélection officielle a été annoncée, le mercredi 13 juillet.

Vous y attendiez-vous ?
Oui et non. On nous avait dit qu’ils garderaient sûrement la même équipe. Que celle qui irait aux Championnats d’Europe irait aux Jeux Olympiques. Donc oui je savais que c’était possible mais parfois il vaut mieux attendre.

« C’était plutôt un défi de revenir au niveau le plus rapidement possible pour espérer aller aux Jeux Olympiques » à propos de son entraînement suite à sa blessure.

Vous en rêviez de ces Jeux ?
Oui, j’en rêvais ! C’était plutôt un défi pour moi parce que je me suis faite opérée en août dernier des deux tendons d’Achille. En faisant cette opération c’était à risque puisque je n’étais pas sûre d’être prête et remise sur pied pour les JO. Je me suis dit que l’opération allait me faire reprendre l’entraînement plus tard, j’en avais discuté avec mon entraîneur. C’était un risque : soit ça passait, soit ça cassait. Surtout que pendant les années olympiques il faut être prêt plus tôt que d’habitude parce que la saison est avancée, les Championnats d’Europe, de France… C’était plutôt un défi de revenir au niveau le plus rapidement possible pour espérer aller aux Jeux Olympiques. Et c’est réussi, c’est plutôt cool.

Que ressent-on quand on sait qu’on est qualifiée pour les Jeux ?
De la fierté pas encore, mais ça commence. On est content, on se dit qu’on n’a pas travaillé pour rien parce que les années olympiques sont les plus importantes pour les sportifs. C’est l’année qu’on n’a pas envie de louper et qu’il ne faut pas manquer, on fait plus de sacrifices que les autres années. J’ai eu de gros aménagements d’horaires au niveau de mes études, j’ai déplacé mon stage de fins d’études pour pouvoir m’entraîner correctement. C’est vrai que si on n’est pas qualifié on est un peu triste. Mais pour le coup tout ça c’est oublié, le jeu en vaut la chandelle.

Comment s’est passée votre préparation ?
J’ai commencé en fauteuil roulant et puis il y a eu toute la partie réathlétisation puisque après une opération on ne reprend pas de zéro, on reprend dans le négatif (rires). Finalement, ça c’était la partie la plus dure. Les premiers mois il faut se remuscler après ne pas avoir bougé pendant un mois. Clairement, en deux semaines d’immobilisation tu perds tous tes muscles, tu les vois fondre. C’est très très long pour revenir ensuite en condition physique potable. J’ai eu une partie assez difficile de septembre à novembre/décembre puis ensuite j’ai commencé à reprendre la course. J’ai pris plus de plaisir et ça allait mieux.

Pour pouvoir se préparer correctement, Elea Diarra a du lancer une campagne de financement participatif. Photo Facebook Elea Diarra

Ça n’a vraiment pas du être facile moralement…
Oui c’est difficile parce qu’on est dans une condition vraiment dure. On ne connaît pas ça, on n’a pas l’habitude d’être en aussi mauvaise condition quand on est athlète. Il faut accepter. Au début on se prend une claque et puis il faut vraiment se donner pour que ça revienne le plus vite possible.

« La plupart des athlètes qui vont aux Jeux Olympiques sont amateurs et doivent se débrouiller financièrement comme ils peuvent. »

Pour pouvoir être du voyage à Rio vous avez lancé une campagne de financement participatif. Il fallait que vous trouviez 3500€. Expliquez nous.
C’est le site Sponsorise Me qui m’a démarché parce qu’au début je cherchais plutôt des sponsors privés. Ils ont du voir ça sur Linkedin et ils m’ont proposé de lancer une campagne. J’ai trouvé ça cool et j’ai accepté de le faire sans trop savoir si ça allait marcher ou pas. J’ai réussi à atteindre l’objectif de 3500€ ce qui n’est pas rien. C’est vachement bien, ça m’a beaucoup aidé pour ma préparation et puis ça m’a permis de gagner de la visibilité et d’être contactée par des entreprises qui ont voulu me soutenir, comme Pagès par exemple.

A un moment donné, vous êtes-vous dit que si ça ne fonctionnait pas vous n’iriez pas à Rio ?
Non je ne me suis pas dit ça parce qu’on trouve toujours des solutions. Quand on a vraiment un objectif on trouve toujours des moyens. Ça aurait été beaucoup plus compliqué et dans des conditions difficiles. Je n’aurais pas pu aller en stage pour m’entraîner comme je voulais, je n’aurais pas pu avoir les soins médicaux dont j’ai besoin…

Au final, en combien de temps avez-vous la somme ?
C’était une campagne de 45 jours et ça m’a à peu près pris la totalité pour arriver à la somme. Les gens se sont pas mal mobilisés sur la fin de la campagne.

Trouvez-vous normal que les sportifs de haut-niveau soient obligés de lancer des actions comme la vôtre pour pouvoir représenter leur pays ?
Clairement non, je ne trouve pas ça normal ! Mais on n’a pas le choix, c’est notre passion donc ce n’est pas possible d’arrêter pour des raisons financières. A côté il faut savoir se débrouiller tout seul, ce n’est pas facile tout le temps. Je sais que moi j’ai beaucoup de chances de pouvoir faire cette campagne, d’être ensuite contactée par une ou deux entreprises qui ont bien voulu m’aider. La plupart des athlètes n’ont pas toutes ces aides et c’est très compliqué financièrement quand on fait du sport à haut niveau. Si on enlève deux-trois sports un peu privilégiés comme le foot ou le basket, la plupart des athlètes qui vont aux Jeux Olympiques sont amateurs et doivent se débrouiller financièrement comme ils peuvent.

Après toute cette préparation et ce financement participatif, la médaille vous y croyez toutes ?
Ah bah oui on y croit ! De toute façon comme tout le monde on ne court pas pour le plaisir, on a toujours notre objectif d’être les meilleures possibles, on pense à cette médaille, on fera tout pour aller la chercher. Quoi qu’il arrive de toute façon je pense qu’on ne pourra pas avoir beaucoup de regrets parce que je sais que ce sont les Jeux Olympiques, que c’est l’objectif de l’année. On donnera le maximum.

Source: http://www.sportives.net/

11:51 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (3) |  Facebook |  Imprimer | |

Mondial junior : Anaïs Seiller, se classe neuvième

13781974_1449830538376347_855983642183506607_n.jpg

Cette semaine a Bydgoszcz, en Pologne, lors des Mondiaux juniors, Anaïs Seiller, a confirmé ses progrès sur 400 m haies en se classant 9e en 58’’47, après une course bien maîtrisée de bout en bout. Au passage, elle bat son record personnel. Cependant, elle avait même fait mieux en série en réalisant 58’’43. Cette performance est une belle récompense pour cette jeune athlète qui s’entraîne de quatre ou cinq fois par semaine. Un travail et des résultats qui devraient la hisser prochainement dans le quota mondial des seniors.

leprog.jpg

dimanche, 17 juillet 2016

Le titre et un record pour Marine Mignon

IMG_2724.JPG

Marine Mignon a réalisé un superbe exploit, lors des championnats d’Europe cadettes à Tbilissi. En effet, la sociétaire de l’Entente Sud Lyonnais a décroché le titre de championne d’Europe sur 200 m dans le temps canon de 23’’35. Un chrono énorme pour une cadette qui lui permet de pulvériser le record de France détenu par Fabe Dia en 23’’61.

IMG_2695.JPG

Marine et Franck Matamba (entraîneur)

Voilà en tout cas une nouvelle performance de tout premier choix pour cette jeune athlète lyonnaise ô combien prometteuse, et dont la marge de progression est encore très importante.

leprog.jpg

lundi, 11 juillet 2016

L’Algérie domine un Quatrache très international

Deux Algériens ont trusté les deux premières places du traditionnel Quatrache, ce samedi à Tarare, tandis que l’Autralienne Lauren Wells a battu le record de la piste chez les femmes.

« Presque un pèlerinage », sourit Hugo Grillas, le licencié à l’Asul Bron, quand il évoque sa participation au Quatrache de Tarare. Pour le meilleur Rhonalpin (14e ), le meeting, « une fête de famille », figure toujours sur son programme avant d’enchaîner comme la plupart des 83 participants sur le meeting 4H de Saint-Égrève.

IMG_5639 (1280x853).jpg

L’une des dernières chances pour les spécialistes de 400 m haies de rallier les Jeux Olympiques, tout comme Tarare, qui fait partie des rares épreuves à offrir le précieux sésame. Ce qui explique la présence hier de 20 nationalités, « un record"», souligne son organisateur, Jean-Jacques Behm.

Mais c’est raté pour cet objectif puisque la seule qui est passée sous les minimas avait déjà son ticket en poche. L’Australienne Lauren Wells n’a cependant pas fait le voyage pour rien puisqu’elle s’est emparée du record de la piste, détenu depuis 1998 par la Sénégalaise Tacko Diouf.

IMG_5216 (1280x853).jpg

Et affiche ses ambitions pour Rio, « la finale et passer sous les 55 », alors qu’elle a signé un 55"89 prometteur. Maeva Contion échoue, elle, dans sa quête mais 2e et « auteur de sa plus belle course de la saison », elle sait qu’elle a « les minimas dans les jambes ».

IMG_5707 (1280x853).jpg

Pas de record chez les hommes mais un podium entièrement sous les 50 secondes, « la 2e fois seulement en 29 ans », se réjouit l’ancien recordman de France du 400 m haies Jean-Jacques Behm. Thomas Demestre est lui devenu le 72e Français à passer sous les 51 secondes, une performance « excellente » pour le coureur de Sannois Saint-Gratien. Mais le dernier mot sera revenu aux Algériens, qui placent 2 athlètes sur les plus hautes marches du podium devant le Sénégalais Ndiaye. À peine de quoi consoler le vainqueur, Abdlmalik Lahoulou, qui échoue à 5 centièmes des minimas pour Rio : « J’ai perdu plus que ça sur la 7e haie, où j’ai trop piétiné. C’est une déception malgré la victoire », confiait-il. Des résultats qui prouvent l’attractivité du Quatrache : « Je suis toujours surpris, on n’a invité personne mais le monde entier vient à Tarare. Et tous m’ont dit qu’ils reviendraient », conclut satisfait Jean-Jacques Behm.

IMG_5676 (1280x853).jpg

Les Résultats

Les Photos

leprog.jpg

samedi, 09 juillet 2016

Robert-Michon : « C’était jouable… »

La Lyonnaise, 5e avec 62,47m, a peiné à se hisser à son niveau habituel alors que le podium du disque était dans ses cordes.

A la sortie du stade olympique d’Amsterdam, Mélina Robert Michon retrouve son coach Serge Debié.

2012_1207Image0032.JPG

« On va analyser. Mais je crois que je vais avoir quelques coups de bâton à donner », dit-il, arrachant un petit sourire à la discobole lyonnaise. Cinquième de la finale avec 62,47m au 5e essai, alors qu’elle avait propulsé son disque à 63,99m mercredi en série, la vice-championne du monde 2013 et d’Europe 2014 a loupé le coche. Si la Croate Perkovic était à nouveau hors de portée (69,97m), le podium s’est joué dans sa zone de confort (Fischer 2e avec 65,77m et Craft 3e avec 63,89m). Encore plus rageant pour la recordwoman de France (66,28m)…

Comment analysez-vous votre concours ?

« C’est simple : je n’ai pas bien lancé. Je n’ai jamais réussi à me mettre dedans. C’était mieux sur les deux derniers jets, mais c’était trop tard. C’est frustrant car je ne suis pas loin du podium en n’étant pas très bien. C’était tout à fait jouable. Je n’ai pas su faire ce qu’il fallait. Il va falloir débriefer. »

Qu’est-ce qui vous a gênée ?

« Personne n’a correctement lancé à cause des conditions qui étaient difficiles avec ce vent. Mais il fallait que j’arrive quand même à avoir des trajectoires correctes. Et ça n’a pas été le cas. Peut-être aussi qu’avoir un jour entre les séries et la finale, ça ne me réussit pas. Je ne sais pas. J’ai eu l’impression d’avoir du mal à rentrer dans le concours comme si je n’étais pas assez concernée par le concours. J’ai fait un bon dernier essai d’échauffement. Et je me suis peut-être endormie au début du concours parce que, à quinze, il faut beaucoup attendre… Il n’y a pas d’excuse à chercher : j’ai mal lancé. »

La revanche se jouera à Rio aux JO face aux mêmes adversaires ou presque…

« Ce championnat d’Europe, ce n’était pas l’objectif de l’année. Mais ça ne fait jamais plaisir de finir 5e et une médaille aurait été bonne à prendre. Ce résultat permet de se rendre compte qu’un championnat ne se joue pas sur le bilan de la saison. Il faut toujours savoir s’adapter. Et je n’ai pas su le faire. »

RECUEILLI PAR B.S.

leprog.jpg

Gueï, rien que pour elle !

Deuxième du 400m derrière l’Italienne Grenot, l’héroïne du relais 4x400m à l’Euro de Zurich a décroché sa première médaille internationale en individuelle.

Photo: FFA

« Ça m’a fait bizarre d’être toute seule. J’ai savouré. » Floria Gueï a eu droit à son tour d’honneur en solo, rien que pour elle, drapeau tricolore sur les épaules. Qu’importe si pour la première fois de la saison, la Lyonnaise a eu la vue bouchée depuis la sortie du virage par l’Italienne Libania Grenot qui conserve son titre sur 400m (50’’73).

Un modèle d’opiniâtreté donné en exemple

L’ex-Cubaine, qui avait tapé du poing sur la table en série (50’’43), était la plus forte dans le froid et les bourrasques de vent d’Amsterdam. Pas de regret pour Gueï (2e en 51’’21) devant les Anglaises Onura (51’’47) et Ohuruogu (51’’55). «A la fin, j’essaye de revenir, raconte-t-elle, mais Grenot a fait la plus belle course. Il m’a peut-être manqué un petit grain de folie. Je suis rentrée dans le virage un peu plus tard que d’habitude. Quelque chose a sans doute cloché mais c’est de l’ordre du détail. » Et l’heure n’est pas aux détails : « Il me fallait cette première médaille individuelle. Ça me soulage. »

C’était le principal cette semaine. Jusqu’à présent, le nom de Floria Gueï signifiait « remontée fantastique ». Son tour de magie en finale du relais 4x400m des championnats d’Europe de Zurich en 2014 (à 10m du podium au départ, première à l’arrivée) n’en finit plus de tourner (3,2 millions de vues sur youtube). Plus qu’un exploit, un modèle d’opiniâtreté utilisé récemment par le coach du Toulouse FC Pascal Dupraz dans la dernière ligne de la course au maintien en L1. En cadeau, Gueï a reçu un maillot à son nom.

Elle ne s’en lasse pas : « Je n’en aurais jamais marre !, promet-elle. C’était un moment unique et fou. C’est la seule fois de ma vie que j’ai pleuré de joie. Mais bon, j’ai envie d’avancer. » C’est qu’avant de débarquer à Amsterdam, elle n’avait jamais passé le « cut » des demies en grand championnat individuel. A 26 ans, elle maîtrise désormais ses schémas de course et ses nerfs. « J’ai passé un cap grâce à la complicité avec mon coach (Djamel Boudebibah). La confiance grandit d’année en année. Ma préparatrice mentale (Meriem Selmi) m’apporte aussi un plus non négligeable. »

Et maintenant ? Onzième mondiale à trois athlètes par nation, elle peut rêver d’une finale olympique à Rio (5-21 août). Avant de décoller pour le Brésil elle passera par Londres (22-23 juillet) sur 400m et Castres (20 juillet) sur 200m. Aucun risque de relâchement : « Cette médaille sera un tremplin, assure-t-elle. Ce soir, je suis contente, mais j’en veux plus. »

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL À AMSTERDAM BENJAMIN STEEN

leprog.jpg

12:55 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Rio en passant par Tarare !

Fort de son label qualifiant pour les jeux Olympiques, le Quatrache de Tarare accueille ce samedi une pléiade d’athlètes Français et étrangers en quête d’un billet pour Rio.

IMG_9582.JPG

En cette année olympique, le traditionnel Quatrache de Tarare, meeting exclusivement réservé aux spécialistes du 400m Haies, aura fière allure samedi après-midi au stade Léon Masson. Organisé avec amour par l’inénarrable JJM, alias Jean-Jacques Behm, la 29e édition s’annonce bouillante et les différents records risquent d’en prendre pour leur grade ce samedi. Après deux années de disette en termes de résultat, cette 29e édition devrait effectivement permettre au meeting de Tarare de remettre les pendules à l’heure avec la présence de 11 nationalités différentes. Chez les hommes, avec 5 athlètes disposant d’un record en moins de 49 secondes, le record du stade de 48’88 pourrait bien être battu samedi soir même si l’objectif premier de ces garçons sera de passer sous la barre de 49’40, les minima IAAF pour les J.O. Côté tricolore si les meilleurs Français sont engagés aux championnats d’Europe, la présence du champion de France 2015 Mikaël François et du local Hugo Grillas promet aussi de belles courses.

Chez les féminines le record de la sénégalaise Tacko Diouf en 56’04 est également en grand danger avec la venue de l’Australienne Lauren Wells qui, en pleine préparation pour Rio, a déjà bouclé son tour de piste en 55’08 et 55’23 cette saison. Notons également la présence de la Villeurbannaise Anaïs Lutufucu qui après sa 3e place aux championnats de France tentera de confirmer sa belle reconversion sur 400m. Haies.

 Programme : Meeting de Tarare samedi à partir de 17h00 au Stade Léon Masson. Série 1 féminines à 18h05 et série 1 masculine à 20h20.

leprog.jpg

12:18 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 07 juillet 2016

Championnats d'Europe à Amsterdam

ng_dbd2ce72aa62eef3aca6-original.jpg Robert-Michon : « De bon augure »
 

Pour une fois, les tribunes étaient pleines de bon matin pour les qualifications du disque féminin. D’accord, ce n’étaient pas celles du stade olympiques, mais une petite structure temporaire montée sur Museum plein, dans le centre-ville d’Amsterdam, et l’entrée gratuite. Mais Mélina Robert-Michon a adoré. Qu’importe qu’il ait fallu s’échauffer deux fois, entrer en chambre d’appel 90 minutes avant, et faire 25 minutes de navette : « Le concept est sympa, dit-elle. Ça attire des gens qui ne seraient peut-être pas venus. Le public était proche, la musique calée sur nous… Avec les Allemandes, on se disait que c’est dommage de ne pas revenir pour la finale. D’autant que les conditions de vent sont très bonnes. »

Les bonnes ondes l’ont stimulée. Avec une barre de qualif’ à 58m, il n’y avait pas trop de suspense. Mais elle a tenu à marquer son territoire au premier jet : 63,99m, le 5e meilleur de ces qualifications qui n’ont laissé personne sur le carreau. « Je sais que j’arrive à faire 60m dans toutes les conditions mais on ne sait jamais, a-t-elle commenté. Il fallait rester vigilante. » Jamais elle ne s’était ouvert les portes de la finale (vendredi à 20h15) aussi largement : « C’est de bon augure. Quand on passe au premier jet, on se dit que tout est bien en place. »

B.S.

Gueï est-elle vraiment favorite ?

Invaincue en 2016 et détentrice de la meilleure performance européenne sur 400 m (50’’84), la Lyonnaise devra cependant renverser des montagnes pour accéder au podium.

Des raisons d’y croire

À 26 ans, Floria Gueï réalise la meilleure saison de sa carrière. Que ce soit en salle ou en extérieur, sur 400 m ou sur 200 m, au championnat du Rhône ou en Ligue de Diamant, la Lyonnaise n’a jamais connu la défaite. En progrès sur toutes les distances, elle a surtout tapé du poing sur la table lors du meeting de Birmingham en s’imposant en 50’’84, record personnel et meilleure performance européenne de l’année. « Je suis restée placée et j’y suis allée, apprécie-t-elle. Je n’ai pas paniqué. Ça ne me fait plus peur de partir vite. »

L’héroïne du relais 4x400m des championnats d’Europe de Zurich 2014, seule européenne sous les 51 secondes cette saison, s’est libérée de son image de relayeuse. C’est le moment pour elle de prétendre à un podium européen : « Elle en a sous le pied, affirme son coach Djamel Boudebibah. Cette année, elle n’a jamais couru dans de bonnes conditions. Elle vaut autour de 50’’50. » Il y a deux ans, l’Italienne Libania Grenot avait raflé l’or en 51’’10…

Aucune expérience en finale

« Peut-être que je suis favorite, mais je n’y pense pas du tout, insiste Floria Gueï. En arrivant ici, les compteurs ont été remis à zéro. Cette première place au bilan, ça m’est égal. » Dans l’immédiat, la Lyonnaise préfère même rester concentrée sur la demi-finale (ce jeudi 17h35) d’emblée à côté de l’ancienne championne olympique Christine Ohuruogu. Au-delà, elle va basculer dans l’inconnu. Eliminée en demie aux Mondiaux 2013 et 2015, comme à l’Euro 2014, la championne de France n’a jamais couru de finale internationale en individuel : « C’est la seule inconnue, selon Djamel Boudebibah. Sur le papier, elle est dans la cour des grands. Mais sur le stade, c’est complètement différent. Grenot ne laissera pas son titre comme ça. Si Ohuruogu est là, c’est qu’elle est bien. On s’attend à ce qu’elles haussent leur niveau. » Comment réagira Gueï ? Elle se pose la question: « A Birmingham, je me suis battue, mais en sortant en tête du virage, j’étais surtout concentrée sur ma technique. Je n’ai pas encore eu la sensation d’être vidée et d’avoir tout donné... » C’est pour vendredi en finale (20h25).

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL À AMSTERDAM BENJAMIN STEEN

Galais pour oublier Zurich

Sélectionnée pour la première fois aux championnats d’Europe en 2014 à Zurich sur 200m, Jennifer Galais n’avait pas couru. La faute à un faux départ en série : « J’avais bougé, mais je n’étais pas partie avant, se souvient-elle. Cette fois, j’espère que ce sera la bonne. Je veux effacer cette déception. » La Décinoise débute le 100 m ce midi (12 h 45) en série : « L’objectif, c’est la demi-finale. »

Cantero : « C’est ouvert »

Bryan Cantero (1 500 m) découvre les championnats d’Europe en plein air à Amsterdam. Le Lyonnais de l’AS Aix-les-Bains entend vivre l’expérience jusqu’au bout, en finale. « Le niveau européen est dense. Il faut déjà passer le 1er tour… Mais, c’est ouvert. Il y aura des opportunités à saisir. »

leprog.jpg

Le programme

 

10:20 Écrit par La Com dans Actualité, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 27 juin 2016

Championnats de France Elites à Angers: Dans la presse

Robert-Michon a eu chaud

2009_0517Image0296.JPG

Elle l’avait senti venir car Pauline Pousse l’avait déjà rejoint cette année au-delà des 60m. N’empêche, Mélina Robert-Michon, titrée depuis 2000 (sauf en 2010 pour cause de grossesse), s’est laissée surprendre quand Pousse l’a poussé à une course poursuite après un jet à 62,68m (minima olympiques). La vice-championne du monde 2013 et d’Europe 2014 devra attendre son cinquième essai pour se libérer enfin (63,40m, record des championnats de France). «Quand elle m’a passé devant, je me suis dit qu’il fallait que je me bouge, raconte la Lyonnaise. Là, j’ai gâché un ou deux essais en étant pas sur des bonnes intentions. Je voulais vraiment aller loin. Mais je me suis précipitée en partant trop vite au départ. Techniquement, ça se dégradait. Il y avait trop d’envie… Ce qui est bien c’est que j’ai réussi à me recentrer. J’ai souvent besoin d’être au pied du mur pour rebondir.»

400 m : Gueï tournée vers Amsterdam

13330909_1319020938112337_3797740068583997989_n.jpg

Floria Gueï est bien la patronne du tour de piste. La Lyonnaise a conservé avec autorité son titre national avec plus d’une seconde d’avance sur Marie Gayot (2e en 52’’29). Le chrono ne s’est pas envolé (51’’21), à cause du fort de vent de face, ligne opposée. Mais l’or et la manière lui suffisent : « J’ai fait de grosses séances d’entraînement la semaine dernière. Ces championnats de France devaient me servir pour travailler des schémas de courses précis. C’était un très bon exercice. »

La voilà fin prête pour le championnat d’Europe (6-11 juillet à Amsterdam). L’héroïne du relais 4x400m de l’Euro 2014 à Zurich y vise la première médaille individuelle de sa carrière. Meilleure performeuse européenne de la saison depuis sa victoire au meeting de Birmingham (50’’84), elle assume sa pancarte de favorite : « Je ne me laisse pas bercer par le bilan, je sais que la médaille ne viendra pas toute seule, dit-elle. Mais mon statut ne me gêne pas du tout. Je ne suis plus la même que les années précédentes. »

Galais a renoué le fil

IMG_0260.JPG

La Décinoise (24 ans) a décroché sur 200 m son premier titre national (23’’36). Elle va retrouver l’équipe de France après deux ans d’éclipse.

Elle a failli faire la fine bouche. Mais finalement, elle a préféré savourer : « C’est mon premier titre chez les grandes. Je l’ai tellement attendu… » Il n’y a pas eu photo. Tout en puissance, pleine piste, la Décinoise (24 ans) n’a pas laissé passer l’occasion ce dimanche à Angers. Elle avait une revanche personnelle à prendre, 24 heures après sa 4e place en finale du 100 m (11’’34). «J’étais tellement frustrée », avoue-t-elle alors qu’elle avait filé en 11’’26 en série. « Elle est passée complètement à travers, résume son coach Grégory Duval. Finalement, elle a bien rattrapé la situation. »

Seul regret, le chrono (23’’36; +0,1m/s). «Mais avec le vent de face dans le virage, c’était difficile de faire mieux. J’aurais aimé faire les minima pour le championnat d’Europe (23’’04)… Mais je n’oublie pas qu’il y a pile un an, j’étais au fond du trou. »

En 93’’32 il y a un an

En proie à des « problèmes personnels », elle avait quitté les championnats de France à Villeneuve-d’Ascq en larmes. Complètement à côté de ses pointes, elle avait fini dernière de la finale du 200 m en 93’’32, en marchant après avoir stoppé son effort en entrée de ligne droite ! « Même mon petit-neveu aurait pu faire mieux », rigole-t-elle aujourd’hui.

Depuis, elle a d’abord « mis de l’ordre ». « Je savais qu’une fois le problème réglé, ça irait mieux. » Déjà en vue l’hiver dernier, elle a confirmé cet été en réalisant les minima pour l’Euro sur 100 m (11’’25 aux Régionaux) et en échouant à seulement trois centièmes sur 200 m (23’’07 également aux Régionaux). Après deux ans d’éclipse, elle va retrouver le maillot bleu la semaine prochaine à Amsterdam.

Sur quelle distance ? Elle n’a rempli les critères de la Fédération que sur 100 m. Mais sa préférence a toujours été vers le demi-tour de piste. « J’ai plaidé pour qu’elle soit quand même alignée sur 200 m, confie son coach. Elle est mieux placée aux bilans européens (19e ) et surtout, elle a une marge de progression beaucoup plus importante sur cette distance. En courant en 22’’90, il y a moyen de rentrer en finale, alors que sur 100 m, c’est beaucoup plus difficile à envisager. »

Réponse ce lundi à la publication de la liste.

Lufutucu renaît sur 400 m haies

IMG_9595.JPG

Avant de monter sur le podium, Anaïs Lufutucu a pris le temps de se maquiller. « C’est ma première médaille, il faut être belle », souriait l’athlète de l’Asvel. À 24 ans, elle a créé la surprise en décrochant le bronze sur 400 m haies (57’’66) dès sa première année dans la discipline. Espoir prometteuse en sprint, passée sur 400 m après une accumulation de blessures, elle s’est convertie il y a un an au 400 m haies lors du meeting de Tarare : « J’étais tombée à la 9e haie mais j’avais quand même fait 60’’58, raconte-t-elle. J’ai eu un bon feeling. C’est une nouvelle vie qui commence. J’ai encore beaucoup de défauts à gommer. »

Campion titré sans Diniz

IMG_6085.JPG

Kevin Campion a remporté le titre du 5 000 m marche en solitaire (18’59’’46) après l’abandon de Yohan Diniz (allergie au pollen). « Seul, j’ai dû me battre parce que le départ rapide de Yohan m’avait séché. Je fais moins de 19 minutes, avec une bonne technique, c’est pas mal », estime le Feyzinois qui a pris la route de Font-Romeu où il va préparer les JO de Rio.

Diarra avec le relais 4x400m ?

IMG_0456.JPG

5e de la finale du 400 m (52’’74) au couloir 1, Eléa Mariama Diarra s’est placée en candidate pour intégrer le relais 4x400m à l’Euro* et aux JO. « Je regrette juste d’avoir l’impression de commencer ma saison. J’aurais eu besoin de courir plus », explique la Décinoise opérée des tendons d’Achille l’automne dernier. 

*Officiellement sélectionnée pour le relais d'Amstersam

 DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL À ANGERS BENJAMIN STEEN

Les résultats

La sélection

leprog.jpg

lundi, 20 juin 2016

Meeting de Villefranche: Magand retrouve des couleurs

Sous ses nouvelles couleurs de Décines-Meyzieu Athlétisme, Pierre Magand redécouvre petit à petit ses sensations perdues.

À une semaine des championnats de France, les cadors de la région avaient malheureusement fait l’impasse sur la compétition mais cela n’a pas empêché d’assister à de belles bagarres et à des chronos encourageants. Parmi les belles performances de la journée, saluons la belle impression laissée par Pierre Magand qui a pris ses responsabilités sur 3000 m steeple en faisant exploser le peloton qui tournait jusqu’aux 1000 m à des allures de sénateurs.

IMG_0744.JPG

« Je voulais passer sous les 9’30 donc quand j’ai vu que personne ne donnait du rythme à la course je suis parti seul devant », explique l’athlète qui affichait pourtant le moins bon temps des engagés. Au final, le nouvel élève de Bastien Perraux terminait troisième en 9’34’’60, rattrapé dans le dernier tour par Ouakit et Chanel, mais le scénario de la course et son chrono lui donnait tout de même le sourire.

« J’améliore de plus de 10 secondes mon meilleur temps de l’année. Je retrouve vraiment de bonne sensation et j’espère pouvoir me rapprocher dans quelque temps de mon niveau de 2008 lorsque j’avais fait 3e au France espoirs en 9’09 », explique l’ancien athlète de Feyzin qui a retrouvé un équilibre en intégrant le groupe d’entraînement de Bastien Perraux et qui devrait faire reparler de lui cet hiver sur le cross.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu