Avertir le modérateur

lundi, 24 août 2015

WMAC 2015: Les Photos du Marathon et du Semi

IMG_2305.JPG

IMG_2323.JPG

IMG_2418.JPG

IMG_2636.JPG

IMG_2917.JPG

IMG_3233.JPG

Les PHOTOS

19:13 Écrit par La Com dans Athlétisme | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 22 août 2015

Allez les Athlètes de La Lara !

Radio Parilly soutient les athlètes de la ligue !

La Com22 (800x450).jpg

14:44 Écrit par La Com dans Athlétisme, Coup de Coeur | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 19 août 2015

Mélina Robert-Michon lancera jusqu’en 2017 !

photo-afp.jpgMélina Robert-Michon a décidé de prolonger sa carrière sportive jusqu’en 2017 pour participer aux Mondiaux de Londres. La vice-championne du monde 2013 et d’Europe 2014 du lancer du disque aura alors 38 ans. « Pour le clin d’œil, ce serait sympa, explique la Lyonnaise. Au début, je pensais arrêter aux JO de Londres en 2012 alors que finalement, c’est un peu là-bas que tout a commencé (5e). Et puis ce serait bien de finir sur une compétition avec mes amis autour de moi. » Elle devrait ensuite travailler dans l’événementiel au sein du groupe « GL events » qui la soutient depuis cette année tout en lui proposant une reconversion. Mélina Robert-Michon dispute la semaine prochaine les Mondiaux de Pékin (22-30 août). Elle lancera en qualifications lundi (3h35 heure française) alors que la finale a lieu le lendemain (13h00).

B.S

leprog.jpg

mardi, 18 août 2015

WMAC 2015: Les Photos de tous les 1500 !

IMG_1441.JPG

IMG_1455.JPG

IMG_1494.JPG

IMG_1562.JPG

IMG_1608.JPG

IMG_1661.JPG

IMG_1685.JPG

IMG_1755.JPG

IMG_1805.JPG

IMG_1851.JPG

IMG_1968.JPG

IMG_2009.JPG

IMG_2013.JPG

IMG_2030.JPG

IMG_2073.JPG

LES PHOTOS

18:22 Écrit par La Com dans Athlétisme | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

samedi, 15 août 2015

WMAC 2015 : Un album consacré au 800 M !

IMG_0784.JPG

IMG_0831.JPG

IMG_0858.JPG

IMG_0864.JPG

IMG_0884.JPG

IMG_0903.JPG

IMG_0945.JPG

IMG_0963.JPG

IMG_0994.JPG

IMG_1059.JPG

IMG_1106.JPG

IMG_1278.JPG

IMG_1356.JPG

IMG_1411.JPG

Toutes les PHOTOS

22:59 Écrit par La Com dans Athlétisme | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

SEMI-MARATHON (+ DE 75) CE DIMANCHE AU PARC DE PARILLY (7 H). Roger Bardin n’en finit plus de courir

IMG_1906.JPGA 79 ans, l’athlète de Tarare s’attaque au semi-marathon des mondiaux vétérans. Avec toujours à l’esprit de performer, pour celui qui collectionne les victoires.

On peut avoir 50 ans passés, et se mettre soudainement à virevolter sur des longues distances de course. Roger Bardin en est la preuve vivante. Alors que le coureur de l’Entente Ouest Lyonnais (EOL) va souffler ses 80 bougies en avril 2016, il performe sur les 5 000 m, marathons ou autres trails depuis « seulement » 30 ans.

Déjà les mondiaux 2016 en tête

Alors certes, l’athlète avait de bonnes prédispositions, mais la guerre d’Algérie était passée par là pour bannir le sport de la vie de Roger. Nous sommes alors en 1956. À son retour en France, trois ans plus tard, il s’engage à la SNCF du côté de la gare de Tarare. « Je faisais beaucoup de vélo notamment, lance celui qui réside à Pontcharra dans l’Isère. Puis vers 50 ans, un ami athlète m’a dit de venir essayer la course à pied et j’ai tout de suite vu que j’avais des possibilités. » Depuis, la machine à gagner s’est mise en route et ne semble plus vouloir s’arrêter. Champion de France du marathon vétéran, recordman sur le 100 km, triomphe sur le trail court, Roger Bardin se forge un palmarès impressionnant.

Des succès qui ne doivent rien au hasard. Encore aujourd’hui, il revendique une hygiène de vie parfaite et s’entraîne cinq à six fois par semaine, ce qui lui met dans les jambes 60 à 80 km hebdomadaires ! Et s’il « s’inflige » encore de tels efforts, c’est bien parce que Roger Bardin marche à l’adrénaline de la compétition, sa « drogue » comme il le dit lui-même. Encore plus quand il évolue à domicile, « un souvenir déjà inoubliable ».

Du coup, même s’il sera le doyen du semi-marathon ce dimanche, il espère bien figurer pour conclure ces mondiaux de la meilleure des façons. Avant de déjà se tourner vers la suite. « J’ai toujours dit que j’arrêtais à 75 ans, rigole Roger Bardin. Bon, c’est loupé et ça fait rire les gens. Mais je vise les mondiaux 2016 à Perth (Australie). Disons que j’espère pouvoir continuer au moins 2-3 ans à bon niveau. » Et pourquoi pas continuer même après 90 ans ? « Je ne pense pas quand même », confie l’athlète. On n’est pas obligé de le croire. Il pourrait continuer à se doper à la compétition encore longtemps. Tant qu’il peut vraiment virevolter, en somme.

B.P

leprog.jpg

10:08 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

jeudi, 13 août 2015

Les relayeurs font équipe à Bron

Les relayeurs bouclent leur préparation pour les Mondiaux en groupe au Stade Pierre-Duboeuf.

les-equipes-de-france-de-relais-4x100m-et-4x400m-au-stade-pierre-duboeuf-de-bron-ou-elles-vont-s-entrainer-deux-fois-par-jour-jusque-vendredi-midi-photo-b-s.jpg

Une mamie et ses deux petits-enfants approchent de la piste bleue du stade de Bron. « C’est ici les Mondiaux ? » « Lesquels ? », répond malicieusement Djamel Boudebibah. Pendant que les championnats du monde vétérans de Lyon se poursuivent à Parilly et La Duchère, les Mondiaux de Pékin (22-30 août), eux, se préparent à Bron cette semaine pour les relayeurs des 4x100m et 4x400m hommes et femmes de l’équipe de France.

Objectif, quatre finales

Manager national des relais depuis 2012, Boudebibah reçoit à domicile. Également adjoint aux Sports de la ville, il n’a pas eu à chercher très loin les autorisations d’utilisation du stade, de la salle de musculation et des deux minibus pour déplacer les dix-sept athlètes convoqués (les athlètes qualifiés en individuel comme Lemaitre, Vicaut sont exemptés) et les coaches adjoints Dimitri Demonière et Franck Né.

La petite troupe ne se quitte plus. Tous avaient déjà été réunis au début du mois à Pont-l’Abbé en Bretagne à l’invitation de Jean Galfione. L’heure était alors au renforcement de la cohésion et à la récupération (entraînement le matin et thalasso l’après-midi). Cette fois, durant trois jours, c’est séance biquotidienne matin et soir sous la canicule.

« L’entente est super, se félicite la Brondillante Estelle Perrossier, sélectionnée avec le 4x400m. Ces regroupements permettent de mieux se connaître. » Et de ne pas perdre l’objectif de vue alors que près d’un mois et demi sépare les championnats de France (10-12 juillet) des relais prévus en fin de programme des Mondiaux. « C’est parfois compliqué de rester concentré en été quand les copains t’appellent pour aller se baigner ou faire des barbecues, reconnaît Pierre-Alexis Pessonneaux (4x100m). En stage, on se motive. »

C’est d’autant plus facile que des médailles sont en jeu : « L’objectif, c’est que les quatre équipes soient en finale », annonce Boudebibah. Mais les hommes du 4x100m (3e des JO 2012) et – pourquoi pas – les filles du 4x400m (championnes d’Europe en plein air et en salle) peuvent espérer beaucoup mieux…

« Petite gêne » pour Floria Gueï

Floria Gueï n’a pas pu prendre part à la première journée du stage de relais hier comme elle l’avait prévue. L’athlète de l’ESL, qualifiée sur 400m pour les Mondiaux, a ressenti une « petite gêne » à la cuisse. Des examens passés par précaution n’ont rien révélé. Elle s’envolera comme prévu dès demain pour Pékin.

leprog.jpg

Benjamin Steen

20:39 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Le bel été de Marine Mignon

Après son doublé 100m/200m aux championnats de France cadets, la sprinteuse de Bron, Marine Mignon, s’est imposée sur 200m lors du Festival Olympique de la Jeunesse, à Tbilissi, en Géorgie. Une belle réussite pour celle qui se tournait, initialement, vers le basket.

marine-mignon-represente-l-avenir-de-l-athletisme-francais-photo-maxime-jegat.jpg

Photo Maxime Jegat

Impressionnante début mai, lors du premier tour des Interclubs avec son club de l’ESL, la jeune sprinteuse lyonnaise, Marine Mignon, s’était faite plus discrète depuis sa blessure au meeting de Montgeron, le 17 mai dernier. Son doublé, réussi en juillet sur 100m et 200m lors des championnats de France Cadets, l’avait remis sur le devant de la scène avant de décrocher la médaille d’or sur 200m, la semaine dernière lors du Festival Olympique de la Jeunesse en Géorgie (victoire en 24’07, à un centième de son record). « En mai nous avons enchaîné les meetings et Marine a sans doute couru un peu trop, mais cette blessure à Montgeron a finalement permis de la protéger un peu. Elle est revenue à son niveau au meilleur moment en battant ses deux records sur 100m et 200m lors des championnats de France Cadets », indique son entraîneur Franck Matamba qui l’a lui-même amenée à l’athlétisme, il y a un peu plus d’un an après l’avoir découverte sur les terrains de basket. Pour sa première compétition hors des frontières françaises, Marine Mignon a parfaitement assumé son statut en décrochant sa première grande victoire sous le maillot tricolore, dans une compétition réunissant les meilleurs athlètes cadets première année du monde entier. « Nous visions un podium avec Marine, donc cette victoire est une belle récompense. Marine progresse vite et elle enregistre bien les consignes. La saison prochaine il y aura les premiers championnats d’Europe cadets de l’histoire, toujours en Géorgie, et ce sera notre objectif mais avant cela Marine effectuera la saison de salle pour se maintenir en forme et travailler la vitesse », explique son coach, qui retrouvera donc Marine en septembre, à la reprise de l’entraînement, pour ce qui pourrait bien être l’année de la confirmation.

À noter que lors de ce Festival Olympique de la Jeunesse, Iman Jean s’est également distinguée avec une médaille d’argent sur 400m Haies (60’57) et que les deux coéquipières de l’ESL ont obtenu, ensemble, une autre médaille d’argent avec le relais tricolore sur le 4x100m.

leprog.jpg

mardi, 11 août 2015

WMAC 2015: PHOTOS !

Mes premières photos des WMAC 2015

IMG_0551.JPG

IMG_0469.JPG

IMG_0434.JPG

 

IMG_0584.JPG

19:40 Écrit par La Com | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 05 août 2015

Les Bonvarlet, un couple qui marche vers les Mondiaux

Tout marche parfaitement pour le couple Bonvarlet, licencié depuis 1997 au Décines-Meyzieu Athlétisme, dont ils sont les deux seuls membres à pratiquer cette exigeante discipline. Auparavant, Liliane et Patrick Bonvarlet ont usé leurs premières baskets en course à pied. Sur grandes distances : le semi-marathon et marathon (championne de France vétéran en 3 h 37 min en 1993) pour elle et en fond et demi-fond pour lui sur 400 m, 800 m, 1 500 m et marathon (champion de France FSGT en 2 h 54 min en 1991).

IMG_5014.JPG

IMG_5028.JPG

Six à sept séances par semaine

Le passage de la course à la marche s’est ensuite réalisé pour deux raisons : « J’en avais fait pour dépanner aux interclubs et j’ai été contraint d’en pratiquer lors d’une rééducation après blessure. Après, au fur et à mesure des résultats obtenus, on se prend au jeu et puis Liliane m’a rejoint », confie Patrick Bonvarlet, coach sportif de profession. Depuis, ils s’entraînent ensemble à raison de six à sept séances allant jusqu’à 20 kilomètres, en phase de préparation, chaque semaine. « Au club, il y a souvent eu des couples de marcheurs, c’est une discipline où l’on essaie d’amener des jeunes, mais qui ne restent pas. La marche est très méconnue, l’on est souvent klaxonné et moqué lors de nos entraînements sur route », se désolent Liliane et Patrick Bonvarlet. Des contrariétés qui ne les démotivent pas, puisqu’ils participeront pour la troisième fois à ces mondiaux après Ricione, Lahti et Sacramento. Avec comme ambition commune de faire une médaille par équipes, avec la France et éventuellement en individuel (plus de 55 ans) pour Patrick.

Leurs courses au stade de Parilly : Liliane : 10 km lundi 10 à 10 heures et 20 km vendredi 14 à 8 h 15.

Patrick : 5 km jeudi 6 à 16 h 50, 10 km dimanche 9 à 10 heures et 20 km vendredi 14 à 17 heures.

leprog.jpg

 

17:16 Écrit par La Com | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

mercredi, 29 juillet 2015

Les vétérans de l’athlé mondial en piste à Lyon

Plus de 8000 athlètes sont attendus du 4 au 16 août, pour les championnats du monde d’athlétisme vétérans en plein air, le WMAC, dont une majorité de quadragénaires et de Français. Neuf cents Allemands sont également inscrits, des centaines d’Américains, Espagnols, Italiens et même quelques 200 Australiens.

l-affiche-photo-dr.jpg

On n’est pas des "has been", on a des performances !» Les «vieux» du stade comptent bien montrer à Lyon qu’ils en ont dans les guibolles lors des championnats du monde d’athlétisme des vétérans en plein air, le WMAC. La compétition est très ouverte puisqu’elle ne coûte pas cher et est accessible à tout membre d’un club d’athlétisme. Quelques têtes d’affiche viendront mettre un peu de sel dans la compétition comme le lanceur de javelot allemand Raymond Hecht (46 ans), Viviane Dorsile (48 ans) qui co-détient le record de France du relais 4 x 400 mètres, ou le perchiste français Alain Andji (40 ans).
Ce dernier avait vu sa carrière s’interrompre brutalement en 1998, lorsqu’une perche lui avait transpercé la cuisse gauche, blessure qui l’empêchera de dépasser son record personnel atteint un an plus tôt (5,85 mètres en plein air).
Il trouvera donc à Lyon une nouvelle chance d’exprimer son talent. Car même vétérans, pas question de se laisser aller à la facilité. «On est là pour se dépasser, pour faire des super chronos. On n’est pas des "has been", on a des performances», martèle Janine Vignat.
A 60 ans, cette pimpante athlète -talons hauts et jupe cintrée en ville- est championne d’Europe de la marche en salle des plus de 60 ans. Elle s’entraîne cinq à six fois par semaine à Villefranche-sur-Saône et vient à Lyon «pour gagner». Les organisateurs de ce championnat en ont d’ailleurs fait une de leurs égéries.

100 mètres des plus de 90 ans
Au programme, une quarantaine d’épreuves, du 100 mètres au décathlon en passant par le lancer de javelot ou le saut en hauteur.
Les participants sont classés par tranches d’âge de cinq ans, avec en haut de la pyramide le Brésilien Frederico Fischer, 98 ans. Il se frottera à une poignée de candidats nonagénaires pour le lancer de poids, de marteau, de disque, de javelot et, clou du spectacle, pour la finale du 100 mètres des plus de 90 ans.
Cette finale se tiendra le 7 août, juste avant la cérémonie d’ouverture, organisée trois jours après le début du championnat. Frederico Fischer, champion du monde des plus de 95 ans, devra faire mieux que son record de 20,41 secondes. A peine deux fois plus que le record d’Usain Bolt (9,58 secondes) alors qu’il est trop fois plus âgé !
Pour encadrer ces athlètes d’un autre siècle, des officiers de sécurité viendront épauler l’équipe médicale. «Parfois chez les vétérans, l’envie les fait aller au-delà de leurs limites. Ces officiers seront donc chargés de les écarter de la piste en cas de canicule, s’ils ont mal résisté à un long transport ou pour toute autre raison valable», expliquent les organisateurs. 
Des précautions utiles même si, selon le président de la ligue d’athlétisme Rhône-Alpes, Marcel Ferrari, «ils ne risquent rien» puisqu’"ils ne sont plus capables d’aller vite».
Il y a tout de même un risque d’infarctus ou d’accident cardiaque pour tout sportif de haut niveau à partir de 40 ans, précise à Guy Rozand, médecin du sport à Lyon. Et «le risque grandit avec l’âge».
L’ambitieuse agglomération lyonnaise, qui cherche à multiplier l’accueil d’événements internationaux, attend 15 millions d’euros de retombées. Elle avait arraché l’organisation de ce championnat biennal à Sacramento (Californie) en 2011, notamment grâce à l’engagement du perchiste Pierre Quinon, champion olympique en 1984, décédé depuis.
En 2013, le WMAC avait été organisé à Porto Alegre au Brésil. En 2008, il avait eu lieu à Clermont-Ferrand, mais en salle.

Le Programme

4 août 2015 : Premier jour de compétition

7 août 2015 : Cérémonie de bienvenue

8 août 2015 : Jour de relâche, Réunions des instances décisionnaires

12 août 2015 : Soirée des athlètes

13 août 2015 : Jour de relâche, Assemblée générale WMA

16 août 2015 : Dernier jour de compétition, cérémonie de clôture

PODIUMS : toutes les cérémonies de remise de médailles se tiendront à la Halle d’Athlétisme Stéphane Diagana de Lyon la Duchère (TIC), excepté les cérémonies des épreuves hors-stade : pour le cross-country, 10km et 20km marche, semi-marathon et marathon. Les cérémonies protocolaires se tiendront à proximité de la ligne d’arrivée au fur et à mesure du déroulement des épreuves.

> Le programme hommes

> Le programme femmes

leprog.jpg

lundi, 20 juillet 2015

WMCA 2015: J-15

logo-wmac-2015.png

C'est dans 15 jours !

Retrouvez 

Les Horaires

Les parcours

Le Site Officiel

 

10:05 Écrit par La Com dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

Hommage à Jules Bianchi

une_19072015_v65.jpg

09:51 Écrit par La Com dans Actualité | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

lundi, 13 juillet 2015

Martin Carrère avait la force en lui

IMG_7740.JPGIl y a quatre ans, Martin Carrère pratiquait la force athlétique le corps lesté de dix kilos de muscles en plus… « Je ne m’intéressais pas du tout à l’athlé hormis la finale du 100 m aux JO », racontait hier l’athlète de l’Entente Sud Lyonnais né à Firminy après avoir décroché la médaille de bronze du 400 m haies à seulement quinze centièmes de l’or. Quelle ascension fulgurante depuis qu’il a été repéré par hasard par le coach lyonnais Bastien Perraux ! « C’était mon formateur alors que je passais un diplôme de remise en forme. On a fait quelques exercices sur la piste du stade de Parilly. Il m’a conseillé d’essayer. » Après avoir débuté sur 100 m, il passe la saison suivante sur 400 m avant de se stabiliser sur 400 m haies début 2014. Depuis, il grille les étapes. Il disputait hier seulement sa 18e course, 24 heures après avoir porté son record à 50’’05 en série : « Je sais que le plus dur commence. Il y a un moment où ça va stagner », dit-il. En attendant, il jubile (« L’objectif est accompli ») tout en se tournant vers l’avenir et les championnats d’Europe 2016 : « J’y pense déjà. Ça me fait rêver. »

Résultats

B.Steen

leprog.jpg

20:14 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 12 juillet 2015

Campion champion ! Nzola Meso s’accroche !

12805_big.jpgLe Feyzinois a été sacré champion de France du 10 000m marche en 41’11’’73.

Comme en 2013 à Paris, Kevin Campion a remporté ce samedi matin le championnat de France de 10000m marche à Villeneuve d’Ascq (Nord). En l’absence de Yohann Diniz (pubalgie), le marcheur de l’Afa Feyzin Vénissieux a fait cavalier seul pour s’imposer en 41’11’’73.

« Je voulais le titre, a commenté Campion. Sans Yohann, c’était difficile d’espérer faire un chrono. J’ai essayé de m’appliquer techniquement et de gérer la chaleur. »

Désormais installé en Normandie, Campion posera cette semaine ses valises à Font-Romeu pour un stage de préparation pour les Mondiaux de Pékin (22-30 août) où il s’alignera sur 10km : « La densité sera exceptionnelle. Faire une place de finaliste (top 8) serait énorme. Il faudra être très fort. »
 

B.Steen

Térésa Nzola Meso (Entente Sud Lyonnais) ne lâche rien. À bientôt 32 ans, la recordwoman de France (14,69m à Munich en 2007) s’accroche à son glorieux passé. Six ans après sa dernière vraie sélection en Equipe de France aux Mondiaux de Berlin (11e ), elle a su s’arracher à son tout dernier essai pour aller chercher son quatrième titre de championne de France après ceux remportés en 2007, 2008, 2013.

« Les minima dans les jambes »

Certes, la Lyonnaise a su profiter du petit bobo de la grande favorite Jeanine Assani-Issouf qui a fait l’impasse sur trois essais après être retombée à 13,63m… Mais d’un bond elle sut passer de la troisième à la première marche du podium : « Cela fait toujours plaisir de décrocher un titre, a-t-elle commenté, mais c’est une médaille au goût amer. À mon dernier essai, je pensais avoir mordu et je n’ai pas ramené comme il faut. C’est une erreur de débutante qui me coûte cher. »

Après avoir donné naissance à sa fille en 2011 et quelques saisons difficiles, Nzola Meso s’est véritablement relancée l’hiver dernier, en se fixant les JO de Rio 2016 pour ultime défi. « On a pratiquement tout repris de zéro, explique la protégée de Zoran Denoix. Clairement, je pense avant tout à la saison prochaine, mais si je peux retrouver la sélection dès cette année, je ne vais pas cracher dessus. »

Pour l’instant, elle en est loin. Hier, elle a réalisé sa meilleure performance de la saison, loin des minima (14,25 m) pour les Mondiaux de Pékin (22-30 août). Elle a jusqu’au 31 juillet pour obtenir sa qualification et elle entend jouer le coup à fond : « J’ai eu très peu de bonnes conditions cette saison, mais je suis certaine que j’ai ces 14,25 m dans les jambes. »

Tous les résultats

leprog.jpg

samedi, 04 juillet 2015

MEETING DE TARARE. Opulence et disette au Quatrache

146 athlètes vont courir le meeting 100 % 400 m haies, mais le haut niveau va manquer.

Les mauvaises nouvelles sont tombées en cascades ce vendredi. Annoncés comme les stars de la 28e édition du Quatrache à Tarare, l’Australien Thomas (50’’31 cette saison), l’Algérien Rahmouni (50’’37) et le Jamaïquain Phillips (50’’47) ne feront pas connaissance avec la Mecque du 400 m haies. « Pour la première fois, la série hommes la plus rapide se gagnera peut-être en plus de 51 secondes. Ce n’est jamais arrivé », se désole l’organisateur Jean-Jacques Behm.

IMG_3489.JPG

Le grand manitou de la discipline se console avec un record de participation battu (146 engagés), des conditions météo qui devraient être parfaites et un plateau supérieur chez les filles (Phara Anacharsis et la Nigériane Ogoegbunam). Mais le déclin amorcé depuis quelques saisons se confirme. Les meilleurs Français font en particulier l’impasse sur ce qui était auparavant un rendez-vous immanquable : « Cela s’explique par l’état de la piste du Stade Léon Masson et la proximité avec les championnats de France (10-12 juillet à Villeneuve-d’Ascq) », explique Behm qui espère pouvoir bénéficier d’une piste neuve en 2017 pour les 30 ans de l’événement.

Clemenceau à Chambéry

Même le Brondillant champion de France en titre, Adrien Clemenceau, préfère s’aligner dimanche au meeting de Chambéry. « À sa place, je ferai la même chose, assure Behm. Chambéry, c’est sa course fétiche. » Il aura bien besoin de sa magie après un début de saison en deçà de son niveau sans raison apparente. « J’espère le déclic, avoue-t-il alors qu’il stagne à 51’’00 (Genève). Tout va bien physiquement, mais il me manque quelque chose techniquement. Je me dis que l’an passé, je m’étais réveillé à Chambéry (50’’45) avant de gagner les championnats de France. »

> Meeting de Tarare ce samedi au stade Masson à partir de 16 h 50.

B.S.

leprog.jpg

En savoir plus

dimanche, 21 juin 2015

Championnat d’Europe par équipes : Gueï et Robert-Michon au top

Les athlètes de la région Rhône-Alpes apportent leurs contributions aux Bleus au Championnat d’Europe par équipes à Tcheboksary (Russie). Après la victoire de Christophe Lemaitre sur 100m (10’’26; -1,7m/s), Mélina Robert-Michon et Floria Gueï se sont imposées ce samedi après-midi respectivement au lancer du disque et sur 400m.

La discobole de Lyon Athlé, vice-championne du monde et d’Europe, s’est mise à l’abri dès le début du concours en projetant son disque à 62,21m avant d’enfoncer le clou à sa 3e tentative (62,24m).

IMG_5445.JPG

De son côté, Floria Gueï a su manoeuvrer l’Italienne Grenot avant de résister dans la ligne droite au retour de la Russe Mikhailyuk (2e en 51’’59) et de l’emporter en 51’’55. L’athlète de l’Entente sud Lyonnais confirme ainsi sa première place au bilan européen de la saison.

B.S.

Plus d'infos sur le site fédéral

leprog.jpg

11:13 Écrit par La Com dans Athlétisme, C'est dans Le Progrès | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

dimanche, 14 juin 2015

7E ÉDITION DU FRANCHEVILL’ TRAIL. Sébastien Hours, le dur au mal

IMG_8749.JPGMalgré une contracture au mollet, Sébastien Hours a bouclé les 23km en 1h 21 ’46. Chapeau.

Près de 500 coureurs inscrits sur le trail de 23km et une grosse centaine d’enfants étaient au départ des courses jeunes. Sur le parcours vallonné de l’un des derniers trail de cette fin de saison, Sébastien Hours s’est fait violence pour réaliser une course pleine sur des chemins qu’il connait par cœur «Mes parents habitent à Brignais donc j’ai l’habitude de courir dans le coin. En revanche, je n’avais pas prévu qu’il fasse si chaud et je suis parti sans eau et j’ai souffert un peu entre les ravitaillements. » Autre ombre au tableau pour le coureur de l’ESL, une petite contracture au mollet s’est réveillée dès le début de course et l’a obligé à se ménager sur la majeure partie de l’épreuve « Dès le 4ème tour j’ai senti que le mollet tirait. J’ai déjà eu ce type de blessure avant donc je n’ai pas forcé et d’ailleurs je ne pensais pas finir la course. Sur les chemins de terre je ne ressentais pas la douleur mais sur les parties goudronnées la douleur était intense » explique le lauréat des Foulées Vourloises cet hiver qui va maintenant s’octroyer une semaine de repos avant de reprendre l’entraînement pour le Trail de Faverges début juillet et surtout les championnats de France de Trail programmés en septembre à côté de Clermont Ferrand « Avec une semaine de repos, je pense que je serais remis pour Faverges mais ce sont surtout les championnats de France que je vise. Le parcours est difficile avec plus de 30km et surtout 2000m de dénivelé. Je n’ai pas trop l’habitude donc il va falloir que je m’entraîne sérieusement cet été » explique celui qui s’était imposé au printemps lors du Lyon Urban Trail avant d’offrir la victoire à son dauphin, victime d’une erreur d’aiguillage.

IMG_8770.JPG

Chez les féminines, Jukiana Carbonnel a également réalisé une grosse course pour s’imposer avec près de quinzeminutes d’avance sur sa dauphine Marie Bonici.

> Résultats :

- Trail 23km : 1. Hours 1h21’46 ; 2. Caillet 1h25’41 ; 3. Seydoux 1h27’38 ; 4. Coutty 1h31’39 ; 5. Mazille 1h33’39 ; 6. De Salnis 1h34’00 ; 7. Pinelli 1h34’59 ; 8. Davallet 1h35’03 ; 9. Pignol 1h35’44 ; 10. Di Marzo 1h36’02.

- Féminines : 1. Carbonnel 1h41’40 ; 2. Bonici 1h56’29 ; 3. Bessard 2h02’17 ; 4. Georges 2h02’32 ; 5. Romeo 2h04’24.

IMG_8802.JPG

 - Relais : 1. Ferel – Trouillier 1h27’25.

Tous les résultats

leprog.jpg

samedi, 13 juin 2015

MEETING ENVOL TROPHÉE À PIERRE-BÉNITE. Ils n’ont pas marché sur l’eau

Il n’y a pas eu de miracle cette année au stade du Brotillon : des trombes d’eau ont gâché le meeting. Ce n’était tout simplement pas possible de sauter.

jade-vigneron-en-bout-de-piste-sous-l-averse-la-perchiste-a-termine-deuxieme-et-derniere-d-un-concours-deserte-par-onze-des-engagees-en-raison-des-conditions-impossibles-photo-joel-philippon.jpg

Photo: Joël Philippon

«Au moins maintenant, on sait que la piste n’est pas en descente. Sinon ça ruissellerait… C’était le test ultime ! » Regard rivé sur les flaques d’eau immobiles sur la piste d’élan de la longueur, Kafétien Gomis a préféré en rire. Réputée miraculeuse, au point de susciter les plus folles rumeurs, la piste magique du Stade du Brotillon n’a rien pu faire contre les éléments ce vendredi soir.

Butoir inondé et matelas trempé

Alors que le concours de la longueur venait de débuter sur les coups de 18 heures, des trombes d’eau se sont soudain abattues sur le sautoir du record de France de Salim Sdiri (8,42 m en 2009). Pour ne rien arranger, le vent tournait... Bref, la soirée était gâchée. Après un seul saut (7,13 m), Gomis renfilait son survêtement : « Je préfère ne pas prendre de risque à une semaine du championnat d’Europe par équipes (20-21 juin à Cheboksary en Russie). De toute façon, j’étais venu ici à la recherche de sensations. Sous cette pluie, je n’allais faire que des sauts inutiles. » Deux tentatives plus tard, c’est Salim Sdiri qui remballait les pointes. L’homme au 8,13 m de moyenne à Pierre-Bénite entre 2002 et 2014 n’avait jamais été aussi court au Brotillon (7,45m)… « Franchement, ce n’est pas si mal pour une reprise alors que je reviens de blessure (déchirure du biceps fémoral en avril), assurait-il. Mais, continuer, c’était un coup à se blesser à nouveau. »

Lavillenie en spectateur

Il n’y aura eu que la perche hommes à se dérouler à peu près au sec sous les yeux de Renaud Lavillenie, venu voir ses camarades d’entraînement clermontois. Et encore, le champion du monde junior 2014 Axel Chapelle (vainqueur avec 5,40 m) a fini par planter ses gaules dans un butoir inondé avant de retomber sur un matelas trempé. Pas agréable du tout et surtout très risqué. Du coup, la plupart des filles n’ont même pas sorti les perches. Retour à la maison direct pour la recordwoman de France Marion Fiack et Vanessa Boslak…

En définitive, il n’y aura eu qu’un seul « vrai » concours, à la hauteur hommes. Il y avait du beau monde autour du recordman de France Mickaël Hanany, mais chacun s’est surtout attaché à garder ses chevilles intactes : « J’ai sauté parce que j’étais là, mais sur élan réduit, expliquait Hanany après sa 3e place derrière Diarra et le Pierre-Bénitain Labourel. Je n’ai pas eu de mauvaises sensations, mais ce n’était pas évident de se livrer. »

Dommage car l’Envol trophée n’avait peut-être jamais réuni un tel plateau.

Les résultats

Benjamin Steen

leprog.jpg

09:39 Écrit par La Com dans Athlétisme, Résultats | Commentaires (0) |  Facebook |  Imprimer | |

vendredi, 12 juin 2015

MEETING ENVOL TROPHÉE CE VENDREDI (17H00) À PIERRE-BÉNITE. Le mystère du sautoir magique

Salim Sdiri a réalisé les deux meilleures performances françaises de tous les temps au saut en longueur sur l’atypique plateau de saut du Stade du Brotillon (8,42 m en 2009 et 8,35 m en 2014). Trop beau pour être vrai selon certains observateurs. Y a-t-il un truc?

2012_0608Image0109.JPG

Le Brotillon n’est pas un stade d’athlé comme les autres. Pas de piste circulaire mais un simple carré de synthétique. Pas de tribune, juste une main courante au plus près des athlètes. Derrière la clôture, il y a une voie de chemin de fer. Et de l’autre côté de la passerelle, une usine de produits chimiques… Mais ce n’est pas pour le décor que tous les sauteurs en longueur français harcèlent Daniel Aligne en quête d’un dossard pour l’Envol trophée. Depuis des semaines, la réponse reste la même : « complet ». Dix-sept engagés, c’est déjà trop. « Ils ont l’air de penser que c’est un stade miraculeux, fait semblant de s’étonner le directeur de la réunion. J’en doute, mais l’essentiel, c’est qu’ils y croient. »

Piste en pente, anémomètre truqué, trou dans le sable…

Comment ne pas leur donner raison alors que c’est le sautoir des deux meilleures performances françaises de tous les temps : 8,42 m en 2009 et 8,35 m en 2014 les deux fois par Salim Sdiri. Certainement pas une coïncidence : depuis 2008, le meilleur saut français de la saison a été réalisé au Brotillon quatre fois sur sept, à chaque fois par le recordman de France…

Pierre-Bénite, c’est sa terre bénie. Un miracle un peu trop voyant et un peu trop récurrent pour ne pas éveiller les soupçons. Il faut dire qu’avec seulement une médaille de bronze à l’Euro en salle 2007 (et une 5e place aux Mondiaux 2009), le palmarès de Sdiri en championnat surligne le « microclimat » pierre-bénitain.

Dans le microcosme, les plus folles rumeurs circulent. La piste d’élan serait en descente. Un des organisateurs ferait obstacle au vent devant l’anémomètre. On a même prétendu qu’un trou serait creusé dans le sable histoire de gagner quelques centimètres. A Pierre-Bénite, certains attribuaient la qualité de l’ancien synthétique hors d’âge à l’élasticité du sous-sol. La suspicion fut si forte que l’an dernier, la fédération (FFA) n’avait pas hésité à exclure l’Envol trophée des épreuves qualificatives pour le championnat d’Europe, au motif que le meeting faisait concurrence à une autre réunion nationale.

Un an après, fin du doute : la FFA vient officiellement de classer le stade « Espace de compétition de spécialité athlétisme ». Pour cela, la commission ad hoc s’est basée sur un rapport de la société Labosport qui a expertisé l’équipement après la pose d’un nouveau synthétique de la marque Polytan. Epaisseur, glissance, absorption des chocs, déformation et surtout planéité (0 mm de dénivelé sur 4 mètres), tout a été validé. Bref, il n’y a pas secret.

Planche « à l’ancienne »

Et donc le mystère reste entier. Avançons quelques hypothèses. Selon l’organisateur, la piste – exceptionnellement longue – permettrait d’arriver à pleine vitesse à l’impulsion. L’idéal pour Sdiri qui a besoin de 50m pour son saut en double ciseaux. Autre détail : la planche « à l’ancienne » constituée d’un seul bloc de bois enfoncé de 30cm dans le sol. « Malheureusement, on n’en voit plus beaucoup des comme ça. Les nouvelles sont juste posées et ne renvoient pas de la même façon », fait remarquer Kafétien Gomis. Pour le médaillé de bronze des derniers championnats d’Europe, qui avait ressurgi du néant l’an dernier à Pierre-Bénite (8,19m), l’essentiel est impalpable : « La magie ne fonctionne pas toujours car j’ai fait des bonnes perfs et des sauts pourris, mais il se passe quelque chose ici, dit-il. Le public est tout proche, c’est convivial. Et quand tu as fait une bonne perf sur un sautoir, mentalement, tu te prépares mieux. » D’ailleurs, depuis ses 7,97m la semaine dernière à Marseille, il ne pense qu’à ça.

Benjamin Steen

leprog.jpg

Ce soir à Pierre-Bénite au Stade du Brotillon - 17h : perche H (Yansheng, Huang, Favretto, Clavier, Dossevi); 18h: longueur H (Sdiri, Gomis, Raihiau, Badji)

Hauteur F (Meniker); 18h30: triple saut F (Nzola Meso, Marie Nelly, Assani Issouf); 19h30:hauteur H (Hanany, Labourel, Diarra, Chapon); Longueur F (Mazeau) ; Perche F (Fiack, Lotout, Boslak) ; 20h: triple saut H.

17:59 Écrit par La Com dans Actualité, Athlétisme | Commentaires (1) |  Facebook |  Imprimer | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu